Au commencement, le Serpent Cosmique a pondu deux œufs. Un œuf blanc et un œuf noir. De l’œuf noir est sorti un serpent mâle blanc et de l’œuf blanc un serpent femelle noir. Les deux serpents s'accouplèrent et la femelle mit au monde un œuf cosmique blanc avec et taches noires et un œuf cosmique noir avec des taches blanches. L'un donna le serpent du Bien et l'autre le serpent du Mal. L'un devint le Créateur et l'autre le Destructeur.

---

Le Bien et le Mal n'existent pas vraiment, ce sont des concepts inventés par les Dieux afin de tenter d'expliquer les phénomènes de la Création et de la Destruction divines.  Et qui sont aujourd'hui source de malaise, d’illusion et de superstition. Les seules choses qui existent vraiment sont les forces de la création et les forces de la destruction. 
 
Communément on attribue la force de la création à Dieu et la force de la destruction à Satan. Cependant, Dieu tout comme Satan, ne sont pas des personnages mais des forces cosmiques, présentes dans le cosmos comme dans l'humain, qui peuvent créer et détruire car l'Univers leur a accordé ce droit. Communément, lorsque Dieu crée ou détruit afin de faire évoluer le monde cela engendre le Bien et lorsque Satan crée ou détruit afin de faire involuer le monde cela engendre la Mal.

Ce ne sont en réalité que des aspects positifs et négatifs de la lumière et des ténèbres universels. Parce que la lumière comme les ténèbres ont à la fois des aspects positifs et créateurs tout comme ils ont des aspects négatifs et destructeurs. La lumière dans son aspect positif régénère et illumine alors que sous son aspect négatif la lumière brûle et détruit. Il en est de même pour les ténèbres qui sous leur aspect positif protègent et reposent alors que dans leur aspect négatif elles dissolvent et annihilent.

Ce sont forces naturelles qui ne sont ni bonnes ni mauvaises, car rien de ce que l'Univers a créé dans le macrocosme ou le microcosme n'est bon ni mauvais. On dit que Dieu crée et détruit le Monde pour le Bien alors que Satan crée et détruit le Monde pour le Mal. Car certaines créations engendrent une involution de l'humanité alors que certaines destructions lui permettent d'évoluer.

Ce qu'on appelle Dieu est la vibration cosmique d'un son créateur ou destructeur qui provient d'Akasha, l'Éther universel, et qui pousse le monde à évoluer à se métamorphoser vers la réalisation. C'est le Verbe de Dieu. Et ce qu'on appelle Satan est la vibration cosmique d'un son créateur ou destructeur qui provient d'Akasha et qui pousse le monde à involuer à se métamorphoser vers annihilation. C'est le Cri de Satan.

Le Verbe de Dieu engendre la conscience de Soi et détruit l'illusion de la dualité alors que le Cri de Satan engendre l'illusion de la dualité et détruit la conscience de Soi.

Voilà ce qu'on peut dire de Dieu et de Satan.

---

Dieu est la conscience universelle qui nous habite et qui nous permet d'appréhender les réalités du Monde. Satan est notre égo, notre conscience illusoire du moi, la fausse croyance que nous avons de notre identité profonde.

L'art alchimique consiste à blanchir le diable, par le solve et coagula, à ôter à l'égo ses terrestrités en le purifiant de ses aspects négatifs. Les trois couleurs de l'oeuvre sont le noir, le blanc et le rouge. C'est pourquoi la phase au noir est Ego, la phase au blanc est Moi et la phase au rouge est Soi.

---

Quant à savoir si Dieu a créé l'Univers ou si l'Univers a créé Dieu, partons du principe que l'Univers a créé Dieu et que l'Univers a été engendré par l'Inconcevable. Car le nom de ce qui est à l'origine de l'Univers n'est pas concevable et sa formule mathématique est incalculable et imprononçable. C'est pourquoi le concept et la réalité de Dieu sont une création de l'Univers faite par le biais de la conscience humaine. Ainsi, la conscience humaine créé la réalité de Dieu. Et la réalité de Dieu s'applique au Monde. Car la réalité humaine est la réalité de Dieu, et vice-versa. Dieu conçoit la réalité du monde de la matière au travers des yeux de chaque être vivant sur terre. C'est donc Dieu qui projette la conscience de son esprit sur la matière au travers de nos yeux et non la matière qui imprègne notre esprit de sa réalité par le biais de notre conscience.

---

La conscience de Soi est le fait que la conscience de l'esprit de Dieu contenue dans l'énergie électromagnétique qui circule à l'intérieur de notre système nerveux se serve de notre sensibilité et intelligence afin de concevoir la réalité du monde qui nous habite et qui nous entoure. Ce n'est pas une conscience qui se voit elle-même mais une conscience qui observe la réalité telle qu'elle est. La conscience ne peut pas s'auto-observer tout comme un doigt ne peut pas se toucher lui-même. C'est pourquoi la conscience de Soi et la conscience de Dieu ne font qu'un.

---

La Religion Universelle est un écosystème spirituel au sein duquel se regroupent toutes les religions, croyances et mouvances spirituelles. Comme dans tout écosystème, la diversité des croyances et des façons de concevoir la divinité maintient l'équilibre spirituel mondial. Et évite ainsi l'application d'une seule vérité ou d'un seul dogme à l'ensemble de la populaiton. Le rôle de la biodivesité dans un écosystème natuel est fondamental, il en est de même pour la sphère morale et spirituelle. C'est pourquoi la diversité spirituelle doit être protégée et entretenue, même si certaines communautés n'ont pas d'affinités réciproques au sein de l'écosystème. Ce qui est tout a fait normal. Une population de lions n'a pas les mêmes valeurs qu'une population de gazelles et ne partagent pas le même territoire.

---

On ne domine pas la Nature en lui résistant ou en la contrôlant, mais en vivant dans son flow.

---

Le Monde du Mental Cosmique est un écosystème semblable à celui du Monde Matériel, un multivers avec ses sphères, ses langues, ses hiérarchies, ses systèmes, ses temples et ses biotopes. Dans lequel tout est interdépendant, intradépendant et indépendant. En Haut comme en Bas, à l'Intérieur comme à l'Extérieur. Le Ciel est à l'image du Monde Matériel, du Cosmos Intersidéral et interplanétaire ou multiplanétaire. Les bons et les mauvais se côtoient là haut, dans le monde parallèle, dans l'univers astral et mental, comme dans le monde matériel, il n'y pas de séparation. Les gens, les anges et les démons se rassemblent et se fréquentent par affinité psychologique, par la loi des sympathies, ils ont les mêmes habitudes. Un temple de magie noire peut avoir pour voisin direct un temple de magie blanche. Il n'y pas de séparativité entre l'Enfer et le Paradis. C'est pourquoi nous pouvons affirmer avec emphase qu'il y a autant de gens qui font le Mal au Paradis que de gens qui font le Bien en Enfer. La balance du l'univers est en parfait équilibre entre la Loi et le Chaos ou l'Ordre et l'Anarchie.

---

Dans le royaume de Dieu, chaque être vivant trouve sa place au sein d'un écosystème spirituel harmonieux où les affinités psychologiques et sexuelles guident les interactions et les unions. C'est un lieu d'accueil où les différentes identités de genre et orientations sexuelles sont équitablement incluses, car l'amour divin transcende les barrières de genre et de sexualité. Dieu, tout comme le Soleil, donne sa lumière de manière égale aux chastes et aux pervers. Il ne juge pas et ne discrimine pas. En harmonie avec la loi des affinités morales, toutes les populations coexistent en paix, rassemblées par leurs groupes d'appartenance et communautés, reflétant ainsi la diversité et l'unité de la création divine. Cependant, Dieu a accordé une part d'autorité à Satan sur son royaume, car le royaume des ténèbres appartient aussi à Dieu, c'est pourquoi certains y vivent un véritable enfer.

---

Certaines formes d'expression de la sexualité ou orientations sexuelles ne sont que le résultat d'un manque de connaissances et d'éducation en matière de régulation de l'énergie de la libido, de la pulsion de vie. Ce n'est pas un mal en soi, c'est juste une forme d'ignorance due à l'histoire de l'évolution de notre société. Mais croire que l'on peut encourager les gens à exprimer leur sexualité d'une certaine manière en essayant de les éduquer dans un certain sens, c'est comme penser qu'on peut arrêter le réchauffement climatique en vendant sa voiture.

---

Vouloir changer les autres crée de la résistance et engendre de la souffrance. Le wu-wei nous enseigne que lorsque l'on ne fait rien en agissant sans agir, le Monde de transforme tout seul et évolue naturellement vers le bien.

---

Mépriser notre égo et nos propres défauts engendre la haine de soi car seul l'amour et l'autocompassion transmutent nos faiblesses en forces. C'est l'amour conscient qui dissout les aspects négatifs du Moi, pas la haine et le mépris de Satan.

---

L'amour-propre est le principe d'attirance et de répulsion à l'égard de notre propre image, d'une sorte d'avatar de soi-même, une projection mentale que l'on a de son identité personelle. Il en découle une forme de narcissime et de dissociation entre soi et le reflet de soi. Contrairement à l'amour de soi qui est le fait d'accepter avec amour et compassion notre corps, nos ressentis et pensées pour ce qu'ils sont et non pour ce qu'on imagine qu'ils sont.

---

Le véritable amour de Soi n'est pas ce que nous aimons de nous-mêmes au moyen de notre amour de Moi, mais ce que nous ressentons de l'amour de Dieu qui vit en nous et qui nous accepte pour ce que nous sommes tels que nous sommes.

---

Il est important de s'aimer pour ce que l'on est tout comme il est indispensable de s'aimer pour ce que l'on est pas. Car l'idiot qui s'aime pour ce qu'il est mais qui ne s'aime pas pour ce qu'il n'est pas, comme le fait de ne pas être un sage, reste un imbécile.

---

La personnalité humaine est le résultat de notre éducation, des circonstances de vie qui ont conditionné notre personne. La personnalité intègre notre forme corporelle, style vestimentaire, manière de parler, appartenance sociale, etc. Elle constitue notre identité physique par laquelle nos semblables nous reconnaissent.

Le caractère humain constitue ce que nous sommes intérieurement d'un point de vue moral et psychologique. Il regroupe toute nos valeurs positives ou qualités et valeurs négatives ou défauts.

L'égo quant à lui est l'illusion de la représentation physique, émotionelle et mentale que nous avons de nous mêmes. Il est constitué d'une conscience de soi tronquée construite sur la base de l'idée et l'image que nous nous faisons de notre personnalité et de notre caractère. Il est un reflet biaisé de ce que nous sommes vraiment.

L'être est la conscience de soi, de notre identité réelle dépouillée de toutes les illusions des formes et projections mentales.

Personnalité, caractère et égo sont souvent confondus pour définir ce qu'est la conscience de soi. La mort de l'égo constitue la fin de la conscience subjective de soi, de l'illusion qu'on se fait de soi même au profit d'une conscience objective et éveillée. Mais la mort de l'égo ne détruit en rien la personnalité et le caractère qui doivent être travaillés, améliorés et renforcés tout au long de la vie pour faire face aux divers événements du quotidien.

---

Ce n'est pas la solitude qui tue les gens qui se suicident, mais la honte de la solitude.

---

Avoir le courage de rater sa vie c'est oser assumer sa singularité et s'affranchir des injonctions normatives du Monde afin de lui permettre d'évoluer plus créativement. La vertu de la réussite est l'échec, c'est pourquoi apprendre à échouer est plus important que d'essayer de réussir.

---

Celui qui se libère du besoin d'être validé, aimé et accepté par les autres dépasse la crainte d'être discrédité, détesté et refoulé par les gens.

---

Vouloir faire boire un âne qui n'a pas soif c'est comme vouloir faire manger un cadavre à un homme qui n'a pas faim. On ne peut pas contraindre les autres à accepter une vérité que nous considérons être juste ou universelle.

---

Il est impossible de donner de l'amour de manière inconditionnelle aux autres si on a besoin de leur amour en retour. Car le fait d'avoir besoin de l'amour des autres est une expression de la peur de ne pas être aimé. Et le peur et l'amour sont opposés et incompatibles. De plus il est impossible et insensé de vouloir s'accorder de l'amour à soi-même car cela voudrait dire qu'un doigt est capable de se toucher lui-même ou qu'un oeil est capable de voir sa propre pupille, ce qui est un non sens. Aimer l'autre suffit à combler le vide occupé par la peur qui nous permet d'accepter l'amour de ceux qui nous aiment.

---

Vouloir s'aimer soi-même revient à essayer de mouiller l'eau d'un lac, c'est une folie.

Notre être éprouve naturellement de l'amour inconditionnel pour le monde qui l'entoure tout comme un lac est humide sans qu'on doive mouiller son humidité. Reconnaitre le fait que c'est en laissant notre être aimer librement les autres êtres vivants suffit à combler le vide laissé par l'illusion psychique et émotionnelle d'avoir besoin de s'aimer soi et d'être aimé par les autres afin de se sentir exister. Ce qui nous permet de vivre et ressentir le sentiment d'amour universel que la Vie nous accorde car c'est en donnant son amour sans rien attendre en retour que l'on recoit de soi cet amour ce que l'on donne.

Notre esprit est semblable à l'eau d'un lac dont humidité ressemble à l'amour universel qui l'anime. Essayez d'être aimés par l'humidité d'un lac dont l'eau n'est pas sèche et vous comprendrez ce qu'est le fait d'être aimés.

---

L'amour de l'être humain pour toute créature vivante est universel et inconditionnel, mais nos affinités ne sont réservées qu'à quelques-uns, en raison de la loi des polarités psychiques qui nous attire vers certains êtres et nous en éloigne d'autres. Souvent nous confondons la valeur que nous accordons à nos affinités parfois réciproques avec l'amour que estimons être dignes de recevoir des autres. Ce qui est source de souffrance. nous pouvons être très attiré par une personne sans avoir aucune affinité avec elle car cette attirance n'est pas réciproque. Cela ne l'empêche pas de nous aimer pour ce que nous sommes: riche, pauvre, gentil ou méchant.

---

Le consensus moral est la pire manière d'aimer l'autre.

---

Il y a plus de sens à marcher dans une crotte de chien bien fraîche avec le mauvais pied que de chercher à expliquer ce qu'est la vérité.

---

L'objectivité de l'irréel n'existe pas sans la subjectivité du réel.

---

Accepter l'imperfection est un acte parfait.

---

On ne peut pas retenir ni contrôler les effets d'un mot qui a été prononcé
ou d'une pensée qui nous a traversé l'esprit.

Douter de cette vérité rend dingue.